Féminin Sacré | Comment le Vivre au Quotidien ?


Dans un précédent article, je t’avais parlé de mon initiation au féminin sacré grâce à un livre. Pour l’avoir vécu, je sais qu’il peut être difficile et long d’intégrer ce concept et surtout de le mettre en pratique. C’est pourquoi j’ai décidé de te partager mon expérience et de te transmettre à mon tour ce que d’autres ont pu m’enseigner. Je te parlerai donc de spiritualité, de ton corps et plus particulièrement de tes organes sexuels ainsi que de ta lignée. Tu découvriras les savoirs ancestraux et les rituels nécessaires afin de te connecter à son féminin sacré.

Féminin Sacré et Masculin

Il me parait indispensable de débuter cet article en précisant que je parle ici de féminin de l’être. Ce qui signifie que le féminin sacré concerne tout aussi bien les hommes. Eh oui, nous sommes tous constitués de deux polarités de dimensions égales et complémentaires, le féminin/yin et le masculin/yang. Elles sont inséparables et se nourrissent l’une l’autre.

tao
Le symbole du Tao

Pour comprendre cette fusion et cet équilibre tourbillonnant entre yin et yang, j’aime observer le symbole du tao. Vois comme la pointe de l’un glisse en l’autre. Il s’agit d’un rappel important, il serait vain de tenter de se construire et de se transformer sans s’appuyer sur nos deux pôles énergétiques.

Depuis ma retraite estivale, où j’ai accueilli pour la première fois un élève homme, je me pose aussi la question du masculin sacré et plus particulièrement de leur propre perception de l’énergie du 2° chakra. Je n’ai pas encore de réponse, juste des interrogations qui m’invitent à rester ouverte aux enseignements.

Le 2e chakra, dit Svadhisthana se situe sous le nombril, dans la zone du bassin, des hanches et au niveau de l’utérus pour les femmes. Afin de l’équilibrer, il est nécessaire, peu importe notre genre et sexe, d’être à l’écoute de ses émotions et de ses désirs. Travailler à harmoniser son chakra sacré, c’est libérer l’énergie créatrice de sa matrice et mettre en mouvement les projets et la vie qui nous conviennent.

Pour poursuivre ce travail sur toi-même, je t’encourage à pratiquer le journaling. Je propose d’ailleurs un coaching dédié dans mon programme 100 % Chakra. La pratique d’un yin yoga te permettra de lâcher prise et de laisser libre cours à tes pensées sur le papier.

Se connecter à son féminin sacré par le corps

Je vais maintenant m’attacher à te partager une étape fondamentale du cheminement vers ton féminin sacré. Ici, il sera uniquement question du corps des femmes, car ce travail porte sur les organes sexuels femelles.

J’ai été très longtemps déconnectée de mon cycle à cause de la pilule contraceptive. Je voyais les règles comme une phase handicapante avec une baisse d’énergie, des sautes d’humeur et des douleurs. Pour des raisons pratiques, j’ai même eu un implant pendant mon tour du monde. Ce qui n’a fait qu’accentuer mes dérèglements hormonaux.

Notre relation au sang et aux menstruations est principalement due à ce que nos mères et grand-mères ont pu nous en dire. Pour ces générations ayant vécu l’avènement de la pilule contraceptive et du tampon, le cycle féminin n’est pas un cadeau. Il doit être dompté afin de ne surtout pas avoir d’impact sur notre quotidien.

Nous construisons donc une relation malsaine avec nos règles et nous cherchons à les rendre invisibles en nous coupant de notre corps. Heureusement, aujourd’hui nous sommes plus informées, ce qui m’a permis d’ouvrir les yeux et d’agir. Ma première décision fut de retirer mon implant à mon retour en France.

Puis, grâce à l’application Flo, j’ai appris à suivre les phases de mon cycle, à m’écouter et à reconnaitre les symptômes. Aujourd’hui, je savoure chacune de mes saisons intérieures en adaptant mes journées à mes besoins physiques et émotionnels.

Faire la paix avec ses lunes, c’est apprendre à se respecter et se permettre de vivre de manière optimale. En modulant mon activité professionnelle, créative et ma pratique du yoga, je me permets de vivre mieux et de faire émerger de belles choses.

Par exemple, quand je suis en phase prémenstruelle, je travaille sur ma confiance en moi et j’arrive à avoir plus de recul sur mes peurs. En effet, j’ai noté qu’à ce moment-là j’avais tendance à être déprimée, à douter de tout et à tout remettre en question.

Si tu souhaites à ton tour renouer avec ton cycle et apprendre à mieux te connaitre, voici un petit exercice pratique à réaliser dès le début de tes prochaines menstrues.

se-connecter-feminin-sacre
Ton guide pour te reconnecter à ton cycle
 

Télécharger mon calendrier des Lunes

Calendrier des Lunes Yogaée
.pdf
Download PDF • 10.42MB
 

Redécouvrir son lien à Gaia

En célébrant mon cycle, j’ai aussi encore plus compris que j’étais un être vivant, cyclique et connecté à la Nature. Sais-tu pourquoi on relie les règles à l’astre lunaire ? Les nuits qui entourent la pleine lune sont particulièrement lumineuses. Le cerveau perçoit cette luminosité et produit en réponse une hormone qui elle-même déclenche l’ovulation. Ce n’est pas pour rien que les Amérindiens emploient le terme temps des lunes pour parler des menstruations.

Cependant, les lunaisons et leurs effets ne se limitent pas aux femmes ayant toujours leurs règles. L’ensemble du vivant est impacté, à l’instar des océans et des marées, les enfants sont particulièrement sensibles aux pleines lunes.

Ainsi, je vis chaque nouvelle lune comme l’apparition d’un nouveau cycle de créativité. Afin de célébrer ce moment, je tire une carte de l’un de mes oracles et je la conserve sur mon autel ou bureau tout au long du mois. Elle devient une source d’inspiration et une invitation à explorer le thème de cette carte durant tout le cycle.

oracle
Tirage de cartes pour la nouvelle Lune, oracle "Inner Star" de Jo Isabel Klima

Il n’y a pas que la lune pour nous permettre de renouer avec notre nature profonde. Pense simplement à l’influence que peuvent avoir les saisons sur ton humeur et ton énergie vitale. Ou comme tu rayonnes d’enthousiasme un jour de grand soleil après une semaine de pluie. Je suis sûre que tu ressens comme moi, le besoin viscéral, animal de sortir prendre l’air dans ces moments-là.

Je suis très touchée par l’expression « femme sauvage » découverte à la lecture de « Femmes qui courent avec les loups ». Cela a éveillé quelque chose de l’ordre de l’instinct et m’a amené à dévorer d’autres livres que je te partage dans un article dédié à mes lectures spéciales sorcières.

De nos jours, il est difficile d’écouter son intuition et de puiser dans la nature environnante pour vivre en harmonie. C’est pourtant ce qu’on fait nos ancêtres pendant des millénaires. Je t’ai confié récemment que marcher pieds nus dans l’herbe ou parmi les arbres m’inspire beaucoup et me ressource. Cela vient du fait que nous sommes tous reliés par bien des aspects. Par exemple, la nature fait pousser près de nous ce dont nous avons besoin au bon moment, que tout comme les animaux, nous observons une phase d’hibernation pour nous préserver du froid et des longues nuits, etc.

Maintenant, que tu es initié aux concepts de reconnexion au corps et au grand tout, il est indispensable de découvrir comment et pourquoi guérir ton féminin sacré.

Guérir le féminin sacré en soi

L’Histoire moderne accorde une place réduite à la femme. Transmis de génération en génération, nous avons tous hérité de pensées et de comportements négatifs à l’égard du féminin. Afin de se comprendre pleinement, il est indispensable d’analyser cet héritage pour pouvoir faire la part des choses entre ce que tu es et ce qui te vient des autres. Ce que tu souhaites garder et ce dont tu peux maintenant te décharger.

C’est ce que l’on appelle le processus de guérison du féminin sacré. Voici quelques questions que tu peux essayer d’appliquer à ton vécu. Fais appel à tes souvenirs d’enfance, aux messages que l’on t’a répétés, aux comportements de ton entourage, etc.

  • Quelle est la place de la femme dans ta famille ?

  • Celle de la lignée féminine ?

  • Comment ta mère te parlait-elle des menstruations ? Et tes amies ? Tes petit.es ami.es ?

  • Quelle relation au corps as-tu ? Au tien, à celui des autres ?

  • À ton sexe ?

  • À la sexualité ? Comment s’est passé ta première fois ?

  • Quel type de vêtements privilégies-tu ou évites-tu ? Et pourquoi ?

  • Quels comportements ou pensées souhaiterais-tu supprimer ? Est-ce un désir de ta part ou influencé par ce que l’on peut dire de toi ?

  • Quelle relation aux hommes as-tu développée ?

  • Comment perçois-tu la femme ? Un groupe de jeunes filles ?

  • T-a-t-on appris ou conseillé d’éviter certains comportements ou paroles à l’égard des hommes ?

  • T-a-t-on appris ou conseillé d’éviter certains comportements ou paroles à l’égard des femmes ?

Ces interrogations peuvent ne pas trouver écho en toi, éveiller des souvenirs douloureux voire à retardement. Laisse venir les choses avec beaucoup de bienveillance et en prenant le temps nécessaire. Si tu as vécu des traumatismes, les cercles de femmes pourront t’être d’un grand secours dans ta guérison, il ne peut toutefois pas se substituer à l’accompagnement d’un professionnel de santé dans le cas de trauma grave.

Participer à un cercle de femmes

J’aimerais maintenant te parler des cercles de femmes. J’en ai fait plusieurs fois l’expérience et je trouve ces instants très puissants. Ces petits groupes de femmes permettent de prendre la parole ou de simplement écouter, dans un respect, une confidentialité et une authenticité absolus.

Sur le même modèle, de plus en plus de cercles d’hommes voient le jour et cette démarche me ravit.

J’y ai découvert la notion de parole médecine. Dans ce lieu, il est possible de se livrer sans peur du jugement et sur n’importe quel sujet. Mettre des mots sur ses maux peut débloquer beaucoup de choses, apaiser et amener à porter un regard différent sur ses ressentis et ses réactions.

En tant qu’humain, nous avons besoin d’être entendus, mais le simple fait d’écouter le témoignage des autres femmes peut être tout aussi salvateur. Leurs histoires résonnent souvent en nous, nous inspirent ou nous aident à prendre conscience de certaines choses.

Ces cercles sont aussi et surtout des espaces de transmission et de partage où l’on apprend à accepter et à traverser sereinement les grandes étapes de la vie d’une femme. Les sujets sont variés et libres et peuvent porter sur le manque d’estime de soi, la douleur d’un amour, les remises en question professionnelles, la maternité, le choix de ne pas avoir d’enfant, la difficulté d’en avoir, la vieillesse, la maladie, le deuil, les relations familiales, etc.

La sagesse des anciennes au côté de l’exubérance de la jeunesse nous plonge dans un univers du féminin aux multiples visages. C’est en étant au contact de toutes ces possibilités d’être femme que l’on peut trouver le courage de cheminer vers son propre féminin sacré et d’assumer sa singularité.

Dans son livre, la puissance du féminin, Camille Sfez écrit que « la puissance du féminin passe par l’intériorité, la réceptivité et la sensibilité ». Il est possible que comme moi, tu ne te retrouves pas du tout dans ces attributs et cela n’a rien d’anormal.

Le féminin ne peut se résumer à des traits de caractère (douceur), des comportements (bavarde) ou des désirs (faire passer les autres avant soi). C’est une notion plus complexe et qui peut même varier dans le temps. Une adolescente ne sera pas connectée au féminin sacré comme peut l’être une femme ménopausée.


J’espère que tu y vois plus clair maintenant, même si comme l’écrit Camille Sfez, « il n’y a pas vraiment de carte sur cette terre du féminin, simplement des chemins marchés par d’autres qui servent d’exemples, des pratiques comme points de repère, et notre boussole intérieure ». Sois patient, car le jeu en vaut la chandelle. Je te souhaite une belle route, bien entourée et à l’écoute de tes besoins.

Namasté

Élodie