Mes rituels de fin d'année



L'arrivée dans l'hiver marque la fin d'une année. C'est aussi la transition vers un nouveau cycle, une nouvelle saison, une nouvelle année et un nouveau chapitre de vie à écrire.


Fille du printemps, je n'ai jamais très apprécié la fin d'année. Malgré les belles couleurs automnales, je n'aime pas voir la Nature se dénudée, même si c'est pour mieux se régénérer. Tout comme j'ai beaucoup de mal à supporter le manque de luminosité en décembre. Je sens que si je ne fais pas attention, ça impacte beaucoup mon état d'esprit qui voit tout d'un oeil anxieux et négatif.


C'est pour ça que bien souvent, à cette période, j'ai envie de partir loin au soleil (pas possible cette année!) ou j'ai déjà envie de me projeter dans le futur, dans le renouveau du printemps. Mais comme mon esprit voit alors le verre à moitié vide, regarder le futur ne m'aide pas plus à calmer mon anxiété. Au contraire, ça peut même être une nouvelle source d'angoisse !


Alors cette année, plus que n'importe quelle autre, j'ai compris qu'il fallait que je m'approprie cette fin d'année avec des rituels libérateurs et créateurs de transformations personnelles.


Car quelle année 2020 !!! Beaucoup de personnes autour de moi s'exclament "vivement la fin de 2020" et je les comprends.


Car oui, je le redis, quelle année 2020 ! si imprévisible, surprenante, difficile, déroutante, déprimante ! J'ai à la fois l'impression que, pendant cette année, beaucoup de choses se sont passées et que rien ne s'est passé ! En tout cas, rien ne s'est passé comme prévu de mon côté ! Alors, moi aussi, j'aurais tendance à vouloir oublier très vite 2020.


Personnellement, j'ai encore un poids à la poitrine en repensant au fait qu'on soit rentrés précipitamment en France, en plein confinement. Je n'étais pas prête, pas prête à dire aurevoir à ma vie nomade, à l'Océanie, à l'Asie. Je n'avais pas imaginé devoir me confiner sans revoir mes proches, avoir du mal à reprendre une activité professionnelle avec les studios fermés. Tout comme j'ai encore du mal à accepter de ne toujours pas avoir de chez-moi en France, d'indépendance, de devoir reprendre certaines choses à zéro, ou de repousser certains projets à 2022.


Rien qu'en écrivant ces lignes, je sens les émotions et l'anxiété montées. Moi qui me suis sentie si libre, si confiante, si positive ces dernières années, je comprends que cette année m'a fragilisé.


Mais surtout je comprends que pour me retrouver, il me faut, en cette fin d'année, prendre le temps de l'intégration et de la régénération.


C'est-à-dire accepter les défauts et aussi les qualités de cette année 2020:

  • accepter tout ce qui a eu lieu car c'est déjà dans le passé

  • m'en libérer en comprenant ce que ça m'a permis d'apprendre sur moi-même

  • développer de la gratitude et de la bienveillance pour ce chapitre de vie qui prend fin

  • poser mon intention qui me guidera dans mon nouveau chapitre de vie

  • célébrer cette nouvelle énergie intérieure


Car oui, quand je prends le temps de repenser à mon année écoulée, quand je l'accepte telle qu'elle a été avec ses défauts et ses qualités, j'y vois de petits trésors pour lesquels j'éprouve une très grande gratitude :

  • avoir vécu 3 mois en Tasmanie, me réveiller avec des wallabies dans mon jardin,

  • avoir découvert le macramé, la guitare et le chant

  • avoir été initié au reiki

  • m'être formée à la sonothérapie

  • avoir revu, certes plus tôt que prévu, mes proches, ma famille, mon pays

  • avoir pu prendre des kilos grâce à la gastronomie française qui m'avait tant manqué

  • être tombée sous le charme de la Dordogne, de la Charente